Peu importe à quel âge et dans quelles circonstances, la mort d’un proche est un moment choquant. Chaque personne vit cette expérience différemment. Et pendant la période de deuil (de quelques jours à deux ou trois ans), l’endeuillé peut faire l’expérience de sentiments puissants qu’il n’avait jamais connus : la dépression, le regret, l’injustice.

Selon les experts du deuil, comme Elisabeth Kübler-Ross, l’essentiel pour l’endeuillé est d’accepter cet état d’âme. Il faut apprendre à parler de son mal être et avec le temps, la douleur et les questionnements finiront par s’estomper.

Pourquoi faut-il éviter de se refermer sur soi-même lors d’un deuil ?

Le deuil est une période difficile de la vie de chaque être humain. C’est d’ailleurs l’un des moments les plus complexes et les plus éprouvants de notre vie. Et durant ce moment, nous sommes amenés à éprouver des sentiments dont nous ne sommes pas forcément familiers et qui peuvent nous bouleverser :

  • La colère ;
  • Le déni ;
  • La douleur ;
  • La dépression ;
  • La perte de plaisir ;
  • La fatigue ;

Nous avons affaire à des sentiments très puissants. D’où l’intérêt d’apprendre à s’exprimer sur ses sentiments.

Des phases non linéaires

Selon les spécialistes, le deuil se compose de phases. Chacune de ces phases (de 3 à 5 selon le spécialiste) se caractérise par un des sentiments listés plus haut.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces phases ne s’enchaînent pas forcément de manière linéaire. Un endeuillé peut passer de l’une à l’autre ou revenir à la phase précédente, etc.

C’est pour cette raison qu’il est fortement conseillé, en plus de s’exprimer sur son deuil, de rencontrer des gens qui vivent la même triste expérience. Voir que l’on n’est pas tout seul dans la peine permet de relativiser et de reprendre petit à petit une vie normale.

Après la pluie, le beau temps

Il est important pour nous les êtres humains d’apprendre à accepter la mort d’un proche comme un phénomène naturel sur lequel nous n’avons pas ou peu de prise. Et surtout il ne faut pas s’empêcher de vivre ou crouler sous la culpabilité.

Tous les hommes meurent, mais seuls certains vivent. Il faut apprendre à surmonter l’étape du deuil et recommencer à vivre.